Jump to content
Sign in to follow this  
snowman74

Développement des stations

Rate this topic

Recommended Posts

Oui, c'est pas l'argument a utiliser partout je suis bien d'accord. Et fred aussi apparement.

Mais QUAND MEME, il faut quand meme trouver un juste-milieu pour ne pas tomber dans le "radicalisme écologique". ...en gros savoir faire des concessions mesurées pour obtenir quelque chose d'interessant. :lol:

Share this post


Link to post
Share on other sites

Dis comme ça, peut être. mais sinon: ça veut dire: à quoi bon mettre des ampoules basse consommation chez soi...

 

Tu connais mieux que quiconque l'histoire des gouttes d'eau qui font les grandes rivières :lol:

Share this post


Link to post
Share on other sites

C'est juste histoire de relativiser et de dire qu'il y a de très gros problèmes à résoudre en priorité avant de "s'attaquer" aux stations. Mais bien sûr, si chacun se dit que c'est pire ailleurs et que par conséquent, ça ne sert à rien d'agir partout, on va encore plus vite au désastre.

Share this post


Link to post
Share on other sites
C'est juste histoire de relativiser et de dire qu'il y a de très gros problèmes à résoudre en priorité avant de "s'attaquer" aux stations. Mais bien sûr, si chacun se dit que c'est pire ailleurs et que par conséquent, ça ne sert à rien d'agir partout, on va encore plus vite au désastre.

 

C'est clair qu'il y a des problèmes plus graves sur la planète et qu'on se masturbe un peu sur le sujet (mentalement je vous rassure. Enfin en ce qui me concerne...) mais faut aussi agir à notre échelle si on le peut.

Ne jamais négliger les petits gestes quotidiens.

 

Et c'est clair que l'aménagement des Stations en France n'est pas si dramatique. Surtout si on compare à la catastrophe qui se prépare à Sotchi en 2014. Là on recule carrément de 20 à 30 ans !

Share this post


Link to post
Share on other sites
y a de très gros problèmes à résoudre en priorité avant de "s'attaquer" aux stations.

 

 

Je pense au contraire que les stations peuvent aussi participer à l'effort que la planète entière devra faire. Le problème des transports en est un exemple. Les personnes qui viennent en station préfèrent souvent utiliser leur véhicule personnel pour faire les courses ou aller au remontées et ce malgré les navettes. L'hiver dernier j'ai été pris dans un bouchon à la Clusaz. Voilà un secteur parmi tant d'autres où les stations pourraient prendre des initiatives pour préserver leur environnement ( je ne parle même pas de la vallée de Chamonix...).

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ce débat est très intéresant à lire :lol:

mais comme à chaque fois que je n'ai pas suivi dès le début et que vous écrivez des pavés énormes, je n'ai pas le courage de m'insérer, surtout que tout a été dit dans l'ensemble!

Share this post


Link to post
Share on other sites
Un petit reportage sur l'enneigenement artificiel dans le massif central!!

C'est ici!!

 

Tres bon reportage a voir !

On voit une fois de plus que le discours des habitants reste identique et ce quelquesoit le massif et que la neige du culture reste la seule solution (pour l'instant) et qu'il est nettement plus façile de gerer trop de neige que pas de neige du tout !

dixit quardetour l'ancien (ex directeur service des pistes mais on ne vous dira pas lequel !!! :lol: )

Share this post


Link to post
Share on other sites

As far as you seem to be a Subject of Her Majesty, could you give us your opinion about the way this site establishes a classification of ski resorts regarding the way they respect the environment, as you can read in the topic of snowman74.

Is it something famous in England, or just a fashion and a marketing tool that they invented to do something different from other websites ?

 

 

 

En Londres, et je pense, en l'ensemble de l'Angleterre, il y a de plus en plus conscience de l'environnement. Elle a franchi à travers tous les aspects de la vie, ceux de la maison, des entreprises et les vacances.

 

le ski club britannique est bien respecté en Angleterre. Le "Green Resort Guide" est l'un des premiers classement objectif de l'implication environnementale des stations. Certes, je l'ai regardé lorsque je pensais à venir à valloire, et j'avais vu qu'il n'est pas bien classées. Mais, je viendrai de toute façon.

Le "Green Resort Guide" a de l'excellente information mais est également décentré, particulièrement contre l'enneigement.

Par rapport à beaucoup d'autres centres visités par les britanniques, valloire est une véritable ville de montagne, actif tout au long de l'année, depuis des siècles. Donc, il est innée sûrement plus durable que les autres stations de montagne.

C'est vrai que, personnellement, je ne comprends pas toutes les implications et les conséquences de l'enneigement à ce moment. Je vais apprendre...

 

Surtout, l'implication environnementale des stations deviendra plus important avec le temps, j'en suis sûr.

Share this post


Link to post
Share on other sites
interlude...

 

http://www.dailymotion.com/blutch73450/vid...v01748_creation

 

poingt-ravier 15H30 le 16:11:2007 -10°C vapeur sans chauffage... :(

Ben pourquoi ils font boullir de l'eau à Poingt Ravier ? :lol: ... :lol: :P

 

ps: mettez le son :P

C'est malin, j'ai envie de faire pipi maintenant ... :blerb:

 

dixit quardetour l'ancien (ex directeur service des pistes mais on ne vous dira pas lequel !!! :lol: )

Je ne vois pas du tout :lol: ... Mais alors, pas du tout ... a moins que ... :lol:

Share this post


Link to post
Share on other sites
dixit quardetour l'ancien (ex directeur service des pistes mais on ne vous dira pas lequel !!! :lol: )

Je ne vois pas du tout :lol: ... Mais alors, pas du tout ... a moins que ... :P

 

Fais l'inocent, Fred... :P :blerb:

:lol:

Share this post


Link to post
Share on other sites
Surtout, l'implication environnementale des stations deviendra plus important avec le temps, j'en suis sûr.

...ca c'est certain.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Surtout, l'implication environnementale des stations deviendra plus important avec le temps, j'en suis sûr.

...ca c'est certain.

Etant donné que tous les acteurs économiques jouent aujourd'hui cette carte avec plus ou moins de sincérité, il sera difficile de faire autrement. Ceci étant, communication ou réalité, il faut que ça se sente !

Dit comme cela, ça parait un peu cynique et pas très impliqué, mais il faut bien reconnaitre que cette communication à outrance sur le respect de l'enivronnement est parfois peu crédible. Qu'un constructeur automobile dont les véhicules fonctionnement au pétrole fasse des publicités sur son engagement écologique me fait bien marrer. Il pourront se permettre de le faire le jour où leurs voitures fonctionneront au crottin de cheval ou qu'ils admettrons enfin publiquement qu'on peut rouler avec le l'huile de friture sans modification de son moteur diesel récent.

Il y a tellement de mauvaise foi et de mauvais esprit derrière tout ça que la crédibilité du discours écologique est en jeu. Si on laisse dire à des construteurs automobile qu'il ne polluent pas ou ont des usines certifiées respectant les normes environnementales en vigueur et qu'on oublie de dire que la voiture pollue quand elle sort de cette usine, ça s'appelle du foutage de gueule.

Il y a malheureusement trop de lobbies derrière cette industrie pour que les moyens mis au point depuis très longtemps pour remplacer le pétrole se développent. Même en Allemagne, la prime d'incitation à l'achat d'un véhicule fonctionnant au diester (qui n'est pas la panacée mais constitue au moins un pas) va être supprimée.

Tout ça pour dire que dans beaucoup de acas, cette communication "écologique" est avant tout un affichage, mais qu'il est devenu indispensable. Donc oui, les stations devront en passer par là !

Share this post


Link to post
Share on other sites

Et les stations on tout intérêt à être sincères dans leur démarche environnementale car la qualité de l'air, le réchauffement climatique ont une incidence directe sur leur activité... alors que dans l'automobile, la pollution c 'est le cadet de leur soucis ! (quand on voit que des constructeurs se targuent d'être soucieux de l'environnement parce qu'ils construisent des voitures roulant à l'éthanol mais recrachant près de 200g de Co2 par km, on rêve...)

Share this post


Link to post
Share on other sites

Encore du blabla long à lire…

 

Ce ne sont que des réflexions (un peu dans le désordre parfois), des perspectives à long terme. Certaines sont déjà mises en pratique dans certains pays (avec succès pour certaines, d'autres vouées à l'échec).

 

Et je le répète : vos avis sur le sujet valent autant que le mien et ceux des experts qui y planchent depuis des années. Vous y vivez et devez vous manifester justement pour donner votre opinion sur ce que deviendront nos montagnes.

 

Les pistes principales sont un retour au développement des activités agricoles et sylvestres entre autre. Il y a un réel besoin et demande. Ce n'est pas utopique (voir ce qui suit). Par contre ça doit être accompagné de mesures incitatives pour les autres acteurs économiques. Sinon c'est voué à l'échec comme ce fut le cas avec les mesures d'aide au retour des agriculteurs (des millions dépensés pour rien).

 

Exemple : pensez-vous qu'il soit normal que les yaourts en vente en Savoie (la Haute et la tout court) viennent de Bretagne (vous pouvez regarder le code DDSV) au détriment de la production locale ?

 

Les questions principales sont :

 

Pouvons-nous revenir à une meilleure intégration du tourisme dans le développement en montagne et ce sous tous ces aspects (économiques, environnementales, urbanistique, sociologiques voire culturels) et pouvons-nous nous passer de cette activité essentielle, voire vitale pour certains ?

 

Voici ce qui se fait ailleurs et qui fonctionne ou qui en est à l'état expérimental :

 

- Dans le Voralberg (Autriche), il a été décidé de ne plus miser QUE sur le touriste des stations et de revenir aussi au développement de l'espace avec comme support les activités agricoles et sylvestres. Favoriser l'agriculture diversifiée (pas que du pastoralisme, mais aussi mettre en place d'autres productions agricoles qui peuvent bénéficier d'un label "Montagne"), favoriser les productions agricoles locales dans les stations et de remettre en état une production sylvicole sur le long terme (aujourd'hui nous avons trop de bois de coupe en vente, mais dans 50 ans si rien n'est mis en place on manquera de bois de construction de qualité), favoriser l'artisanat local pour la construction…

 

Un exemple concret par rapport à ça : la vallée de Saas-Almagell (petite station du Valais en Suisse) souffrait de la présence du monstre d'à coté, à savoir Saas-Fee (qui est pourtant une référence en matière de station écologique. Ca mérite le détour). Ils avaient plusieurs possibilités :

 

a- soit s'agrandir pour relier le massif de Saas-Fee en investissant énormément dans des infrastructures de stations (télésièges, parking, enneigement artificiel). Ce n'est pas trop dans l'optique de Saas-Fee qui voulait préserver son coté "Station verte" et avec le réchauffement prédit, de telles infrastructures peuvent vite être démodées dans un futur plus ou moins proche.

 

b- trouver le moyen de développer une autre économie. Pour ce faire, ils ont réinvesti dans une économie agricole de proximité.

 

Pour être encore plus concret : la viande en vente à Saas-Fee dans les boucheries, les produits laitiers dans les fromageries, les fruits et légume etc… doivent venir en priorité de la Vallée du coin (ou du Valais) et non pas d'Allemagne ou Autriche.

La construction doit favoriser (obligation de le mentionner dans le permis de construire) la production de bois locale et de matériaux respectueux de l'environnement. Une éco-taxe de construction peut être appliquée pour non respect de ces réglementations.

 

Sachant que pour monter dans cette vallée, les produits importés ont pollué la moitié de la Suisse par le transport et sachant que le prix de la viande subventionnée en Autriche, Allemagne est identique à celle de Suisse, pourquoi faire voyager la matière première.

En jouant le jeu, il en résulte que l'activité agricole à progresser dans cette vallée, que le revenu moyen des agriculteurs s'intégrant dans ce concept ont vu leur revenu progressé en moyenne de 4% (voire 10% dans le secteur laitier) par an et ce depuis 2005 !

 

Ainsi tout le monde s'y retrouve : des touristes qui continuent à venir voir le plus de 4000m depuis la station, les autochtones qui ont trouvé une nouvelle activité pérenne et indépendante (ces produits de qualité sont maintenant demandés à l'extérieur du seul Valais).

 

Un autre exemple, qui tire enseignement de nos erreurs passées.

Dans les nouveaux pays européens, telle que la Bulgarie et la Pologne, on voit naître la mise en place d'un développement pouvant se passer du tourisme à long terme en privilégiant les activités en zone de montagne ou mettre en place un touriste certes "doux" mais aussi "réversible", à savoir une activité dont on puisse, si elle devient obsolète, se passer et ne pas avoir à supporter ces conséquences telles que des zones vides (ils ont fait de mauvaises expériences là-dessus concernant les activités industrielles…).

 

Vous pouvez aussi voir sur www.partenariatmontagne.org ce qui se fait ailleurs dans le développement en montagne.

 

Pour étoffer ces réflexions, voici quelques liens vous présentant ces différents projets d'intégration:

 

http://www.euromountains.net

 

http://www.euromontana.org/

 

http://www.ifen.fr/

 

http://www.senat.fr/rap/r02-015-1/r02-015-1.html

(Le point de vue des nos sénateurs. Faut naviguer dans les pages proposées et vous aurez le panel complet de ce qui s'entrevoit comme futur dans les montagnes)

 

http://ceco.polytechnique.fr/fichiers/ceco...ix_montagne.doc

 

http://www.mountainwilderness.fr/

 

www.partenariatmontagne.org

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ca risque de ne pas être trop court non plus <_>

 

Ce sont de bonnes idées et je pourrais difficilement le contredire, puisque, apparemment, ça fonctionne.

 

C'est toutefois des principes qui sont très ancrés dans la culture ostro-helvéto-germanique, comme j'ai pu le constater lors d'un séjour en Allemagne, quelques années auparavant. Même si ça n'a aucun rapport avec la montagne, ça rejoint les principes dont tu parles.

Lors d'une fête de village (la Wallenstein, à Altdorf, petit village proche de Nüremberg) les boissons qui étaient vendus étaient toutes, sans exception, des sodas (marron pour certains et oranges pour d'autres, vous aurez reconnu les produits "imités") qui étaient fabriqués dans une usine de la région. Pas la moindre trace des marques originales, plus chères et sans intérêt pour l'économie locale.

Tout ça pour dire que ce sont des populations habituées depuis longtemps à ce genre de pratiques.

De notre côté, et c'est là qu'il sera difficile de changer les habitudes, on demande toujours moins cher, ce qui nécessite, sans aller jusqu'à la délocalisation complète, de rationnaliser la production et donc, par exemple, de centraliser la production des yaourts savoyards dans d'énormes laiteries normandes où la production de Camembert n'éponge plus les stocks de lait et où, par conséquence, les prix et capacités de production, permettent un meilleur coût de revient, même en ajoutant le transport.

 

On ne peut pas non plus imposer au gens ce qu'il ne désirent pas par eux-mêmes. En France, il y a deux attitudes face aux produits régionaux : soit on s'en méfie en pensant que ce n'est pas plus régional que le couscous garbit (et c'est parfois le cas, comme les fameux yaourts dont tu parles), soit on pense se faire assommer copieusement au niveau prix, parce que certains artisans ou producteurs locaux ne se gênent pas pour le faire.

 

Je pense qu'on arrivera à changer les choses à partir du moment où on sera prêt à payer un peu plus, ou les producteurs à vendre un peu moins cher, parce qu'à long terme et par effet de volume, tout le monde s'y retrouvera sur la préservation des économies locales.

 

Ceci étant, je pense qu'on s'éloigne tout de même du sujet, car, que fait-on dans ces solutions pour le touriste que je suis.

Je veux bien venir acheter mon fromage dans une (ex-)station de ski, parce qu'il est meilleur, mais je ne vais pas passer mes vacances d'hiver à acheter et manger du fromage.

On résout avec ces solutions, un problème très grave, qui est l'obligation des populations locales de quitter leur région pour trouver du travail et en vivre, sans pour autant leur garantir, une fois expatriés, la moindre réussite. Certes ! Mais pour qu'ils vendent leurs produits, il faut que les touristes viennent, car si toutes les régions réagissent de la même manière, elle privilégieront toutes leurs produits régionaux et "n'importeront" pas les produits d'autres régions. Et pour faire venir les touristes, les activités de visite de caves à fromage ou de laiterie, ça va 1 fois, 2 fois, mais après, sans vouloir être le moins du monde péjoratif, on se lasse :rusure:

 

J'aimerais bien savoir quelles activités on peut imaginer dans un contexte de montagne sans neige. Parce qu'on ne me fera pas croire qu'il est possible de faire vivre des dizaines de stations de la simple économie locale, sans le moindre touriste (c'est même valable pour des villes comme Lyon qui ont besoin d'un rayonnement international pour continuer de se développer).

Share this post


Link to post
Share on other sites
Exemple : pensez-vous qu'il soit normal que les yaourts en vente en Savoie (la Haute et la tout court) viennent de Bretagne (vous pouvez regarder le code DDSV) au détriment de la production locale ?

 

 

Et pendant ce temps là, dans mon supermarché A....n ils vendent cette semaine du saucisson " le Galibier" (Véridique!) <_>

Share this post


Link to post
Share on other sites
Ca risque de ne pas être trop court non plus <_>

 

Ceci étant, je pense qu'on s'éloigne tout de même du sujet, car, que fait-on dans ces solutions pour le touriste que je suis.

Je veux bien venir acheter mon fromage dans une (ex-)station de ski, parce qu'il est meilleur, mais je ne vais pas passer mes vacances d'hiver à acheter et manger du fromage.

On résout avec ces solutions, un problème très grave, qui est l'obligation des populations locales de quitter leur région pour trouver du travail et en vivre, sans pour autant leur garantir, une fois expatriés, la moindre réussite. Certes ! Mais pour qu'ils vendent leurs produits, il faut que les touristes viennent, car si toutes les régions réagissent de la même manière, elle privilégieront toutes leurs produits régionaux et "n'importeront" pas les produits d'autres régions. Et pour faire venir les touristes, les activités de visite de caves à fromage ou de laiterie, ça va 1 fois, 2 fois, mais après, sans vouloir être le moins du monde péjoratif, on se lasse :rusure:

 

J'aimerais bien savoir quelles activités on peut imaginer dans un contexte de montagne sans neige. Parce qu'on ne me fera pas croire qu'il est possible de faire vivre des dizaines de stations de la simple économie locale, sans le moindre touriste (c'est même valable pour des villes comme Lyon qui ont besoin d'un rayonnement international pour continuer de se développer).

 

Je suis à 200% d'accord avec toi Fred.

Les intiatives évoquées par Snowman sont certes louables mais d'une portée limitée.Une agriculture même extensive et bio ne peut dynamiser l'ensemble de l'arc alpin. La mondialisation est un fait dont il faut tenir compte, on ne peut pas envisager un développement uniquement en s'appuyant sur les produits du terroire...

maintenant, il faut plutôt miser sur des secteurs de haute technologie non polluants qui fournissent une grande valeur ajoutées mais l'isolement reste un handicap pour le milieu montagnard ( les vallées sont peut-être moins sensible à ce phénomène).

Et il me semble à ce jour difficile d'envisager le dynamisme économique en savoie sans ses activités touristiques et en premier lieu le ski...

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je suis aussi d'accord avec ce que dit Fred et toi aussi Vince62. Il est vrai qu'on ne peut pas se passer de l'activité touristique liée à la montagne (surtout en France après 30a voire plus de course en avant pour le développement du tourisme).

 

Déjà on ne demande pas de vous gaver de fromage. Mais de l'apprécier et d'en demander chez votre épicier quand vous êtes de retour à la ville (ou campagne). Ce qui fait marcher l'économie de montagne dans un 1er temps.

 

Ah un bon reblochon bien fait, coulant à souhait délicatement étalé sur de la baguette fraîche… <_>

 

Le fond de ma pensée est qu'il ne faut pas raisonner qu'avec le tourisme, sans faire de la montagne un sanctuaire qui ne doit plus bouger. Au contraire !

 

D'autres activités à très fortes plus-values peuvent aussi être mises en avant et permettant de faire vivre une région autrement qu'en participant à cette course citée plus haut.

 

C'est la cas par exemple de la vallée de l'Arve en Haute-Savoie qui se redynamise ces dernières années avec des industries moins polluantes que précédemment (à la demande des autorités helvétiques ceci dit en passant). Merci Somfy...

 

Ou encore du Valais est son industrie chimique (grâce à la proximité du Rhône pour la fabrication des médicaments et à l'agriculture pour la production de certaines substances de bases telles que les moisissures sur céréale).

 

Ou la Vallée de Joux dans le Jura qui produit les montres de luxe (Patex, Jaegger le Coultre, Piaget entre autres).

 

Sans aucune provocation de ma part, et en restant sérieux ( :rusure: ) vous est-il possible de répondre à la question :

 

Comment voyez-vous la montagne dans l'avenir (dans 50 ans par exemple) ?

Share this post


Link to post
Share on other sites
Ou la Vallée de Joux dans le Jura qui produit les montres de luxe ([...], Jaegger le Coultre

Y'a un magasin d'usine ? <_ src="%7B___base_url___%7D/uploads/emoticons/cbv-smileys_smile.gif" alt=":)">

 

Comment je vois la montagne dans 50 ans ?

Pour rester dans la lignée de mes convictions profondes, je pense qu'elle retrouvera un niveau d'enneigement comparable à ce qu'on connaissait dans les années 70. Les moyens de communication modernes auront permis à de nombreuses personnes de rester dans ces régions voire, à de nouvelles personnes, de s'y installer. De nouveaux métiers seront apparus, que nous ne soupçonnons pas actuellement ...

 

... ou pas :)

 

Très sérieusement, mes compétences en matière de prospectives environnementale et sociétale sont proches de zéro (voire moins) et je suis bien incapable, sauf à tenter de positiver un maximum (Cf. ci-dessus :rusure: ), de répondre à cette question. Je défie quiconque de le prédire de manière fiable, au vu des nombreux paramètres qui composent l'équation permettant d'apporter la réponse.

De plus, le développement (ou pas) des régions montagnardes et leur préservation (ou pas) ne pourra être uniforme. Ce qui fonctionnera dans le Chablais ne fonctionnera pas en Haute-Maurienne pour des tas de raisons. Donc bien malin celui qui peut dire avec certitude quelle sera la situation.

 

Et qui plus est, le nombre d'abeilles diminuant régulièrement, si on s'en tient à ce que disait Einstein ("si les abeilles disparaisse, la race humain s'éteint"), nous aurons peut-être disparu avant de le savoir (aparté débile, mais ça détend de faire un peu de philosophie de comptoir de temps en temps).

Share this post


Link to post
Share on other sites

très bonnes idées tout ça, mais je ne sais pas ci le genre de mesure protectionnistes prises en suisse sont ,possible en france , vu que nous faisons partie de l'europe et pas la suisse.

je ne sais pas non plus si les jeunes d'aujourd'hui sont près a se lancer dans l'agriculture, vu le travail que cela demande.

le travail de la terre est ingrat et demande de nombreuses heures de travail, les 35 heures a la campagne, c'est de la science fiction.

ça peut paraitre pessimiste ce que je dis la mais , c'est que j'ai constaté par moi meme, je suis petit fils d'agriculteur et personne ne se bouscule pour prendre des successions dans le milieu.

j'ai donc peur qu'il faye des mesures incitatives énormes pour relancer l'agriculture en montagne et donc retomber dans l'assistanat.

je veux pas perdre espoir mais les français me paraissent moins disposés a se prendre en mains que les suisses.

 

concernant l'écologie en général, comme scratchy, l' hypocrisie actuelle sur le combat contre le rechauffement me constèrne.

j'avais cru que le grenèle de l'environement serai un grand départ , il n'en n'ai rien, c'est une vaste farce qui provoque en moi un profond dégout de la politique.

les seules mesures que le gouvernement trouve pour limiter les émissions vont etre de nous faire encore payer, alors qu'il suffirait d'obliger les constructeurs a produire de l'éléctrique, ils en ont les moyens aujourd'hui, mais les lobbies sont trop puissants.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Loading...
Sign in to follow this  

×
×
  • Create New...